Quand Melissa Sariffodeen, Heather Payne, Breanna Hughes et Laura Plant, les cofondatrices de Ladies Learning Code, ont commencé à tenir des ateliers de programmation, il y a six ans, elles ne réalisaient pas à quel point leur initiative deviendrait populaire. Suite à son succès, elles ont lancé Girls Learning Code, Kids Learning Code, Teens Learning Code et Teachers Learning Code, une gamme d’ateliers visant à développer les aptitudes en informatique et à cultiver de futures études. Mais malgré cette impressionnante expansion, il y avait encore beaucoup de pain sur la planche.

«C’est désormais clair pour nous que nous ne grattions que la surface de ce qu’il était possible d’accomplir, et qu’il y avait des millions de Canadiens nécessitant des connaissances technologiques qui n’avaient pas accès à nos programmes », écrit Melissa Sariffodeen.

Ce manque de connaissances, en engendrant une pénurie de travailleurs qualifiés, pourrait coûter 27,3 milliards $ au PIB canadien, tel qu’avancé par le Conseil des technologies de l’information et des communications (CTIC) dans sa stratégie nationale de développement des talents numériques.

C’est pour s’attaquer à ce problème que Canada Learning Code (CLC) a été créé. Décrit comme une vision pour l’avenir du Canada, l’initiative sans but lucratif veut fournir aux enseignants les outils nécessaires afin que leurs cursus reflètent les besoins changeant de l’industrie des technologies. CLC vise également à préparer les jeunes à travailler dans un secteur en pleine croissance, à assurer l’accès à cette éducation aux communautés moins bien desservies, à promouvoir l’utilisation de solutions numériques par les gouvernements et à s’assurer que les postes à pourvoir soient comblés par un ensemble diversifié de travailleurs possédant les aptitudes nécessaires.

L’une des façons dont CLC poursuit ses missions prend forme sous la Semaine Canada en Programmation. Du 1er au 8 juin, les Canadiens sont invités à participer à des cours de programmation gratuits et accessibles aux débutants qui célèbreront l’histoire du pays. Ceux-ci se dérouleront dans les écoles, bibliothèques, musées, centres communautaires et autres lieux publics dans leurs communautés. Si ces cours de programmation ont été conçus pour les jeunes, tout le monde est toutefois invité à y participer, et même à les donner. CLC se chargera notamment d’équiper ses éducateurs avec les outils et aptitudes nécessaires pour donner vie aux histoires numériques au programme. Le 1er juillet, l’organisation lancera un scrapbook en ligne composé des projets des participants à la Semaine afin de célébrer les 150 ans du pays.

Pour ceux désirant s’impliquer dans la Semaine Canada en Programmation, CLC recherche des bénévoles passionnés de technologies pour servir de mentors et assister les éducateurs et les participants pendant les ateliers.